Actualités

Suite à sa rencontre avec les représentants de l’UPE 13, de la FBTP13 Salon, de l’UPACAPS et de la Fédération des Parcs d’Activité d’Agglopole Provence, le 9 décembre 2013, le député de la 8e circonscription des Bouches-du-Rhône, Jean-Pierre MAGGI s’était engagé à transmettre à Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, des revendications des entrepreneurs du pourtour salonais.

Jean-Pierre MAGGI a rencontré Arnaud Montebourg mercredi 11 décembre et lui a fait part de la colère et des inquiétudes des entrepreneurs salonais. Il lui a remis un document synthétisant leurs revendications.
Le ministre a assuré au député qu’il prendrait connaissance de ces éléments et qu’il les transmettrait aux services et aux décisionnaires compétents au sein du ministère des Finances.
Jean-Pierre MAGGI compte, pour sa part écrire, au ministre du Budget, Bernard CAZENEUVE, ainsi qu’au ministre des Finances, de l’Economie et des Finances, Pierre MOSCOVICI pour les alerter des difficultés rencontrées par les entreprises des Bouches-du-Rhône, notamment les TPE et PME.
Il ne manquera pas de tenir informées toutes les parties concernées, des suites qui seront données à ces interventions.

Tags:

RAS LE BOL FISCAL Lundi 9 décembre 2013, la Fédération des Parcs d’Activités d’Agglopole Provence, qui représente les entreprises de l’ensemble du territoire, a manifesté sa colère contre les mesures catastrophiques en termes de santé des entreprises et d’emplois mises en œuvre par le Gouvernement au cours de ces derniers mois, en coordination avec l’UPE 13, la FBTP 13 et l’UPACAPS.
Un seul mot d’ordre:

RAS LE BOL FISCAL.
SAUVONS NOS ENTREPRISES POUR SAUVER L’EMPLOI ! ras le bol fiscal

Cette manifestation qui s’est tenu devant le Cabinet Parlementaire de Monsieur Jean-Pierre MAGGI, a eu pour but d’alerter nos Députés sur la situation des entrepreneurs et commerçants qui ne cessent de perdre en compétitivité. Comment peut-on entendre de la part du gouvernement que les entreprises créent l’emploi et la richesse du pays, alors qu’il accentue sans cesse l’étreinte fiscale qui asphyxie et tue nos entreprises ?! Cette politique de « cavalerie fiscale » a pour conséquence, dans un premier temps des licenciements et dans un second temps, la disparition pure et simple des entreprises et des commerces. La pression fiscale doit baisser. Il est impératif de revenir à une dynamique de compétitivité et de développement de l’emploi.

 

Pas de connexion Internet
Pas encore de compte ? Créez un compte

Connexion